#interviews

    • Cette semaine, j’ai l’honneur de vous présenter Anthony, enseignant, passionné d’écriture et de musique et auteur du blog L’art délicat de rater sa vie. Il y partage avec nous son univers riche et inspirant, et une fois qu’on a commencé à parcourir son blog, il est impossible de s’arrêter. Bonne lecture !Tumblr – Pouvez-vous vous
présenter rapidement à nos lecteurs ?

Anthony – Je m’appelle Anthony. J’ai 31 ans et je
suis prof de français et d’histoire-géographie. Accessoirement, je suis
passionné par la musique folk-rock et l’écriture.

T – D’où vient votre
passion pour l’écriture ?
A – J’aime jouer avec les mots, les registres de langue, du plus
soutenu jusqu’au vulgaire. J’essaie de dire des choses touchantes avec un
langage oralisé, cru, déroutant. C’est ce contraste permanent que je
trouve intéressant d’exploiter depuis bientôt trois ans sur Tumblr.

T – Parlez-nous de votre
démarche artistique. Où puisez-vous votre inspiration ?

A – J’étais lassé de voir que sur
les réseaux sociaux les gens ne racontaient
qu’une version idéalisée de leur vie. J’ai décidé d’en
prendre le contre-pied en racontant la réalité dans ce
qu’elle a de plus banal mais en lui ajoutant une sorte
de poésie. Aussi bien en photos, qu’en textes et qu’en chansons,
je trouve qu’on peut exploiter cette banalité quotidienne sous
une forme à la fois humoristique et poétique.

T – Pourquoi avoir choisi
Tumblr ?

A – J’y ai trouvé le thème Vertigo qui
correspondait à la tonalité exacte que je souhaitais donner à mon
travail. Mais le vrai point fort, c’est la communauté : les utilisateurs
de Tumblr communiquent beaucoup entre eux. On s’échange pas
mal d’impressions sur nos travaux respectifs. Cela nous encourage tous à
continuer de créer. C’est d’ailleurs pour profiter de cette dimension
collaborative que je vais partager la création de mon
projet musical sur le blog The
Dead Fox On The Road.

T –

Quels sont vos trois blogs
Tumblr préférés et pourquoi ?

Part-Time
Friends : l’histoire d’un duo pop folk, Pauline et Florent,
tellement brillants et drôles qu’ils m’ont donné envie de
continuer la musique quand je doutais. 

Benjamin
Fincher : un trio rock-indé super doués et créatifs. Ils sont si
sympas qu’ils ont accepté de faire une reprise dingue avec moi des
“Paradis Perdus” de Christophe, qui paraîtra en septembre sur
l’Art Délicat De Rater Sa Vie.

I
love you, Georgia Hubley : l’un des nombreux Tumblr de Philippe
Dumez où l’on retrouve une sorte de condensé de ses multiples activités d’écriture
comme de photographie. Toujours un grand plaisir de le lire. Vraiment.

T
– Merci beaucoup, Anthony ! Bonne continuation. :)Photo : L’art délicat de rater sa vie 

      Cette semaine, j’ai l’honneur de vous présenter Anthony, enseignant, passionné d’écriture et de musique et auteur du blog L’art délicat de rater sa vie. Il y partage avec nous son univers riche et inspirant, et une fois qu’on a commencé à parcourir son blog, il est impossible de s’arrêter. Bonne lecture !

      Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

      Anthony – Je m’appelle Anthony. J’ai 31 ans et je suis prof de français et d’histoire-géographie. Accessoirement, je suis passionné par la musique folk-rock et l’écriture.

      T – D’où vient votre passion pour l’écriture ?

      A – J’aime jouer avec les mots, les registres de langue, du plus soutenu jusqu’au vulgaire. J’essaie de dire des choses touchantes avec un langage oralisé, cru, déroutant. C’est ce contraste permanent que je trouve intéressant d’exploiter depuis bientôt trois ans sur Tumblr.

      T – Parlez-nous de votre démarche artistique. Où puisez-vous votre inspiration ?

      A – J’étais lassé de voir que sur les réseaux sociaux les gens ne racontaient qu’une version idéalisée de leur vie. J’ai décidé d’en prendre le contre-pied en racontant la réalité dans ce qu’elle a de plus banal mais en lui ajoutant une sorte de poésie. Aussi bien en photos, qu’en textes et qu’en chansons, je trouve qu’on peut exploiter cette banalité quotidienne sous une forme à la fois humoristique et poétique.

      T – Pourquoi avoir choisi Tumblr ?

      A – J’y ai trouvé le thème Vertigo qui correspondait à la tonalité exacte que je souhaitais donner à mon travail. Mais le vrai point fort, c’est la communauté : les utilisateurs de Tumblr communiquent beaucoup entre eux. On s’échange pas mal d’impressions sur nos travaux respectifs. Cela nous encourage tous à continuer de créer. C’est d’ailleurs pour profiter de cette dimension collaborative que je vais partager la création de mon projet musical sur le blog The Dead Fox On The Road.

      T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

      Part-Time Friends : l’histoire d’un duo pop folk, Pauline et Florent, tellement brillants et drôles qu’ils m’ont donné envie de continuer la musique quand je doutais. 

      Benjamin Fincher : un trio rock-indé super doués et créatifs. Ils sont si sympas qu’ils ont accepté de faire une reprise dingue avec moi des “Paradis Perdus” de Christophe, qui paraîtra en septembre sur l’Art Délicat De Rater Sa Vie.

      I love you, Georgia Hubley : l’un des nombreux Tumblr de Philippe Dumez où l’on retrouve une sorte de condensé de ses multiples activités d’écriture comme de photographie. Toujours un grand plaisir de le lire. Vraiment.

      T – Merci beaucoup, Anthony ! Bonne continuation. :)

      Photo : L’art délicat de rater sa vie 

    • J’ai le plaisir de vous présenter Daniel Brodeur Chouinard, un jeune photographe amateur bourré de talent. Dans son blog, il nous présente une série de clichés tous aussi uniques et hauts en couleurs les uns que les autres. Daniel a gentiment accepté de se prêter au jeu des questions-réponses avec notre équipe éditoriale. Tumblr – Peux-tu te présenter rapidement à nos lecteurs ?Daniel – Tout d’abord,bonjour ! Mon nom est  Daniel Brodeur Chouinard, j’ai 20 ans et je viensde St-Pie au Québec. J’étudie la chimie et les sciences biomédicales, et je
passe le reste de mon temps à faire des photos et de la musique. Je n’aime pas
dire que je suis photographe, car je déteste les photos dites « professionnelles »,
faites en studio, mais je dois admettre que la photographie me passionne
beaucoup.T – D’où vient ta passion pour la photographie ?D – J’ai commencé la photo
il y a trois ans et étonnamment, cela semble déjà tellement loin. J’aimais le fait
de pouvoir capturer des moments, comme on capture des insectes. J’ai donc
décidé d’acheter mon premier appareil et par la suite, tout s’est passé très
vite. J’ai soumis une de mes premières photos, celle qu’on voit plus haut, à un
concours et elle m’a fait gagner un nouvel appareil photo. Cela m’a
beaucoup encouragé, et c’est selon moi ce qui m’a fait découvrir que je pouvais
faire de l’art sans nécessairement avoir étudié en art.T – Quelle est ta démarche artistique ? Où puises-tu ton
inspiration ? D – Je qualifierais ma
démarche de « paparazzi ». Je n’aime pas demander aux gens de prendre
une pause pour faire une photo. Comme je l’ai dit plus tôt, j’aime capturer les
moments. J’attends donc dans l’ombre et quand le moment se présente, je prends
16 354 photos et normalement l’une d’elles est belle. J’aime aussi
prendre des photos des spectacles que je vais voir ; grand amateur de musique
que je suis. J’espère pouvoir un jour me vanter à mes enfants d’avoir vu en
spectacle tous leurs artistes préférés.T – Parle-nous de ton blog ? Pourquoi avoir choisi Tumblr ?D – En fait, c’est ma
copine m’a suggéré de me faire un site internet pour pouvoir garder mes photos
en un même endroit et les montrer aux gens qui seraient intéressés. L’idée me
plaisait, mais je n’avais pas envie de payer pour un site ni d’avoir à passer des heures
à le personnaliser. Je suis donc tombé sur Tumblr, qui était gratuit et offrait
des thèmes déjà construits. J’ai beaucoup aimé l’expérience. Le côté réseau
social est nouveau pour moi, mais j’apprécie beaucoup voir des gens que je ne
connais me suivre et aimer mes photos. C’est gratifiant. T – Quels sont tes trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?D – Comme c’est nouveau
pour moi, je ne suis donc pas encore abonné à beaucoup de blogs, mais je compte
aller voir ceux des gens qui me suivent bientôt. Il y a tout de même un blog
qui m’inspire beaucoup. C’est celui d’une photographe et amie, Gabrielle
Gendron. Elle m’inspire car ses photos sont plus artistiques que les
miennes. Je suis assez perfectionniste et parfois ça m’empêche d’expérimenter. Gabrielle
me donne le goût d’essayer chaque fois que je vois son blog.T – Merci, Daniel ! Bonne chance pour la suite. :)Photo : Daniel Brodeur Chouinard

      J’ai le plaisir de vous présenter Daniel Brodeur Chouinard, un jeune photographe amateur bourré de talent. Dans son blog, il nous présente une série de clichés tous aussi uniques et hauts en couleurs les uns que les autres. Daniel a gentiment accepté de se prêter au jeu des questions-réponses avec notre équipe éditoriale.

      Tumblr – Peux-tu te présenter rapidement à nos lecteurs ?

      Daniel – Tout d’abord,bonjour ! Mon nom est Daniel Brodeur Chouinard, j’ai 20 ans et je viensde St-Pie au Québec. J’étudie la chimie et les sciences biomédicales, et je passe le reste de mon temps à faire des photos et de la musique. Je n’aime pas dire que je suis photographe, car je déteste les photos dites « professionnelles », faites en studio, mais je dois admettre que la photographie me passionne beaucoup.

      T – D’où vient ta passion pour la photographie ?

      D – J’ai commencé la photo il y a trois ans et étonnamment, cela semble déjà tellement loin. J’aimais le fait de pouvoir capturer des moments, comme on capture des insectes. J’ai donc décidé d’acheter mon premier appareil et par la suite, tout s’est passé très vite. J’ai soumis une de mes premières photos, celle qu’on voit plus haut, à un concours et elle m’a fait gagner un nouvel appareil photo. Cela m’a beaucoup encouragé, et c’est selon moi ce qui m’a fait découvrir que je pouvais faire de l’art sans nécessairement avoir étudié en art.

      T – Quelle est ta démarche artistique ? Où puises-tu ton inspiration ?

      D – Je qualifierais ma démarche de « paparazzi ». Je n’aime pas demander aux gens de prendre une pause pour faire une photo. Comme je l’ai dit plus tôt, j’aime capturer les moments. J’attends donc dans l’ombre et quand le moment se présente, je prends 16 354 photos et normalement l’une d’elles est belle. J’aime aussi prendre des photos des spectacles que je vais voir ; grand amateur de musique que je suis. J’espère pouvoir un jour me vanter à mes enfants d’avoir vu en spectacle tous leurs artistes préférés.

      T – Parle-nous de ton blog ? Pourquoi avoir choisi Tumblr ?

      D – En fait, c’est ma copine m’a suggéré de me faire un site internet pour pouvoir garder mes photos en un même endroit et les montrer aux gens qui seraient intéressés. L’idée me plaisait, mais je n’avais pas envie de payer pour un site ni d’avoir à passer des heures à le personnaliser. Je suis donc tombé sur Tumblr, qui était gratuit et offrait des thèmes déjà construits. J’ai beaucoup aimé l’expérience. Le côté réseau social est nouveau pour moi, mais j’apprécie beaucoup voir des gens que je ne connais me suivre et aimer mes photos. C’est gratifiant.

      T – Quels sont tes trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

      D – Comme c’est nouveau pour moi, je ne suis donc pas encore abonné à beaucoup de blogs, mais je compte aller voir ceux des gens qui me suivent bientôt. Il y a tout de même un blog qui m’inspire beaucoup. C’est celui d’une photographe et amie, Gabrielle Gendron. Elle m’inspire car ses photos sont plus artistiques que les miennes. Je suis assez perfectionniste et parfois ça m’empêche d’expérimenter. Gabrielle me donne le goût d’essayer chaque fois que je vois son blog.

      T – Merci, Daniel ! Bonne chance pour la suite. :)

      Photo : Daniel Brodeur Chouinard

    • Permettez-moi de vous présenter Camille de Rouville, photographe talentueux et auteur du blog Les temps sont durs pour les rêveurs, dans lequel il nous présente une série de ses plus belles photos. Son style témoigne d’une grande passion pour l’humain et la proximité, et vous serez, je crois, enchantés de faire connaissance avec l’artiste qui se cache derrière ce blog.Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?Camille – Je m’appelle Camille de Rouville,j’ai 27 ans. Je suis photographe depuis maintenant une dizaine d’années. Étantd’abord passé par le numérique (via un réflex Canon EOS 350), j’ai reçu par lasuite un bon appareil argentique 24x36 (Minolta x700) qui appartenait à mon
grand-père. La pratique de la photographie argentique a totalement fait évoluer
mon style et mon rapport même à la photographie, de par notamment ses
contraintes. Chaque photo coûtant beaucoup d’argent, je me suis vite appliqué
afin de n’en gâcher aucune. Le fait de ne pas avoir de retour direct (via un
écran comme sur les appareils numériques) m’a obligé là aussi à savoir en
amont, et rapidement, ce que je voulais et donc à apprendre comment l’obtenir.
Puis j’ai eu la possibilité d’avoir entre les mains un appareil argentique
moyen format (Rolleiflex) dont la qualité m’a époustouflé. J’en ai acheté un,
et m’en sers en permanence depuis trois ans. Avec un rendu pareil, je suis revenu à
une photographie majoritairement en couleurs, quand je faisais surtout du noir
et blanc auparavant.T – Parlez-nous de votre blog. Quel a été le déclic pour créer celui-ci
?C – J’ai, pendant de longues années, tenu un
blog sur une autre plateforme que Tumblr, où je publiais notamment des
critiques de films. Lorsque je me suis vraiment mis à la photographie, j’ai
cherché un site qui me permettrait de publier plus facilement mes photos, dans
une meilleure qualité et avec une communauté plus active pour les partager.
Tumblr me semblait proposer tout ce que je recherchais.T – D’où vient votre passion pour la photographie ?C – Je suis arrivé à la photographie par le
septième art. J’ai fait des études de cinéma, et je m’étais (assez naïvement)
dit que si je ne savais pas cadrer une photo, ce n’était pas la peine de
vouloir essayer de cadrer un plan de film ! Puis rapidement, je me suis fait
prendre à la pratique de la photographie qui m’a permis de m’exprimer
artistiquement, sans l’intermédiaire de personne. J’ai été définitivement
passionné par la photographie le jour où j’ai compris que je serais toujours
frustré par ma production.T – Où puisez-vous votre inspiration ?C – Je photographie surtout mes proches, ma
famille et mes amis, dans mon village ou à Paris, où je vis. On m’a récemment
dit que je faisais des photos « familières », qui donnent rapidement
accès aux personnes et aux situations. Ça m’a plu ! La familiarité, c’est
quelque chose qui s’acquiert avec le temps, alors accélérer ce processus
m’intéresse. Plus largement, j’ai du mal à
savoir quelles sont mes références. Il y a évidemment quelques photographes
dont je me sens proche, mais je pense que je suis plus influencé par le cinéma.
Certains plans, parfois très courts, parfois sur de simples figurants, peuvent
me bouleverser lorsqu’ils laissent entrevoir des histoires qui n’ont pas été racontées.T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?Les oiseaux colorés de Fran Giffard me
font rêver. La collision entre l’aspect quasi scientifique du dessin ornithologique
et l’irruption du quotidien via le support des pages d’agendas personnels
fonctionne parfaitement. Ses oiseaux en cages sont eux aussi très réussis.Laetitia Fernandez fait
de la photographie de tous types (portraits, paysages, fantasmagoriques ou au
contraire très “documentaires”, commandes, en numérique ou en
argentique) depuis longtemps maintenant. Nous venons du même village, et vivons
tous les deux à Paris, mais c’est justement les résultats très différents des
miens auxquels elle arrive qui m’intéressent chez elle.Je partage avec Anna de I see therefore l’usage
de la photographie argentique et la recherche de la familiarité des gens et des
lieux dont je parlais plus tôt. Elle devrait publier à son tour bientôt des
photos prises au moyen format ; c’est toujours intéressant de voir comment
évoluent les styles avec un changement d’outil ! À suivre…T – Merci beaucoup,
Camille ! Bonne continuation. :)Photo : Laetitia Fernandez

      Permettez-moi de vous présenter Camille de Rouville, photographe talentueux et auteur du blog Les temps sont durs pour les rêveurs, dans lequel il nous présente une série de ses plus belles photos. Son style témoigne d’une grande passion pour l’humain et la proximité, et vous serez, je crois, enchantés de faire connaissance avec l’artiste qui se cache derrière ce blog.

      Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

      Camille – Je m’appelle Camille de Rouville,j’ai 27 ans. Je suis photographe depuis maintenant une dizaine d’années. Étantd’abord passé par le numérique (via un réflex Canon EOS 350), j’ai reçu par lasuite un bon appareil argentique 24x36 (Minolta x700) qui appartenait à mon grand-père. La pratique de la photographie argentique a totalement fait évoluer mon style et mon rapport même à la photographie, de par notamment ses contraintes. Chaque photo coûtant beaucoup d’argent, je me suis vite appliqué afin de n’en gâcher aucune. Le fait de ne pas avoir de retour direct (via un écran comme sur les appareils numériques) m’a obligé là aussi à savoir en amont, et rapidement, ce que je voulais et donc à apprendre comment l’obtenir. Puis j’ai eu la possibilité d’avoir entre les mains un appareil argentique moyen format (Rolleiflex) dont la qualité m’a époustouflé. J’en ai acheté un, et m’en sers en permanence depuis trois ans. Avec un rendu pareil, je suis revenu à une photographie majoritairement en couleurs, quand je faisais surtout du noir et blanc auparavant.

      T – Parlez-nous de votre blog. Quel a été le déclic pour créer celui-ci ?

      C – J’ai, pendant de longues années, tenu un blog sur une autre plateforme que Tumblr, où je publiais notamment des critiques de films. Lorsque je me suis vraiment mis à la photographie, j’ai cherché un site qui me permettrait de publier plus facilement mes photos, dans une meilleure qualité et avec une communauté plus active pour les partager. Tumblr me semblait proposer tout ce que je recherchais.

      T – D’où vient votre passion pour la photographie ?

      C – Je suis arrivé à la photographie par le septième art. J’ai fait des études de cinéma, et je m’étais (assez naïvement) dit que si je ne savais pas cadrer une photo, ce n’était pas la peine de vouloir essayer de cadrer un plan de film ! Puis rapidement, je me suis fait prendre à la pratique de la photographie qui m’a permis de m’exprimer artistiquement, sans l’intermédiaire de personne. J’ai été définitivement passionné par la photographie le jour où j’ai compris que je serais toujours frustré par ma production.

      T – Où puisez-vous votre inspiration ?

      C – Je photographie surtout mes proches, ma famille et mes amis, dans mon village ou à Paris, où je vis. On m’a récemment dit que je faisais des photos « familières », qui donnent rapidement accès aux personnes et aux situations. Ça m’a plu ! La familiarité, c’est quelque chose qui s’acquiert avec le temps, alors accélérer ce processus m’intéresse. Plus largement, j’ai du mal à savoir quelles sont mes références. Il y a évidemment quelques photographes dont je me sens proche, mais je pense que je suis plus influencé par le cinéma. Certains plans, parfois très courts, parfois sur de simples figurants, peuvent me bouleverser lorsqu’ils laissent entrevoir des histoires qui n’ont pas été racontées.

      T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

      Les oiseaux colorés de Fran Giffard me font rêver. La collision entre l’aspect quasi scientifique du dessin ornithologique et l’irruption du quotidien via le support des pages d’agendas personnels fonctionne parfaitement. Ses oiseaux en cages sont eux aussi très réussis.

      Laetitia Fernandez fait de la photographie de tous types (portraits, paysages, fantasmagoriques ou au contraire très “documentaires”, commandes, en numérique ou en argentique) depuis longtemps maintenant. Nous venons du même village, et vivons tous les deux à Paris, mais c’est justement les résultats très différents des miens auxquels elle arrive qui m’intéressent chez elle.

      Je partage avec Anna de I see therefore l’usage de la photographie argentique et la recherche de la familiarité des gens et des lieux dont je parlais plus tôt. Elle devrait publier à son tour bientôt des photos prises au moyen format ; c’est toujours intéressant de voir comment évoluent les styles avec un changement d’outil ! À suivre…

      T – Merci beaucoup, Camille ! Bonne continuation. :)

      Photo : Laetitia Fernandez

    • Permettez-moi de vous présenter Sophie, artiste et photographe extrêmement douée et auteur du blog Animaux dans les rues de Paris. Elle a gentiment accepté de répondre à mes questions et de partager avec nous son univers artistique unique et inspirant. Vous serez certainement enchantés de découvrir cette artiste aux multiples talents. Ah ! Et n’oubliez pas de visionner la vidéo (ci-dessus) qu’elle a préparée spécialement pour nous afin de nous présenter son œuvre, ses animaux.

      Tumblr – Peux-tu te présenter rapidement à nos lecteurs ?

      Sophie – Je m’appelle Sophie, j’ai 40 ans, et je suis photographe depuis un peu plus de 15 ans. Depuis sept ans, j’ai installé mon atelier en Bourgogne, mais je passe beaucoup de temps à Paris pour faire mes installations urbaines. Je travaille assez rarement sur commande, ou alors, c’est que la commande découle vraiment de mes travaux personnels. Je préfère travailler sur des séries qui m’inspirent, et ensuite les proposer en exposition, ou en Festival. En 2013, j’ai eu la chance de pouvoir m’approprier une serre désaffectée du Parc Foral de Paris. En 2012, des photos de mes « Animaux dans les rues de Paris » ont été présentées au Centre Pompidou. En 2011, mon Bestiaire a été présenté au Muséum d’Histoire Naturelle de Dijon, et en 2010, ma série de Reptiles et de Batraciens a été présentée à la Galerie de l’Entrepôt, à Paris.

      T – D’où vient ta passion pour la photographie ?

      S – Entre 15 et 18 ans, j’ai étudié les Arts Plastiques et l’Histoire de l’Art, j’ai adoré ça, mais je n’arrivais pas à trouver mon « outil ». J’aimais beaucoup les pastels sèches, et la peinture, mais je ne m’y retrouvais pas complètement… À 18 ans, je me suis orientée vers la photographie. Je suis partie vivre au Japon, à Tokyo, où j’ai rencontré un photographe, Asaki, qui m’a aidée à choisir mon premier appareil photo, un Nikon F2 entièrement manuel. J’ai donc dû acheter également une cellule photo électrique, apprendre à mesurer la lumière, à développer mes films, et à tirer mes photos. Asaki a mis à ma disposition son laboratoire argentique, et c’est rapidement devenu une véritable passion… je passais mes week-ends à faire des photos, et mes nuits à faire des tirages…

      T – Quelle est ta démarche artistique ? Où puises-tu ton inspiration ?

      S – En 2010, j’ai trouvé que c’était fou le temps que je passais à chercher des lieux d’exposition, et des festivals. J’ai donc décidé qu’entre chacune de mes expositions, j’allais m’amuser à présenter mes portraits d’animaux dans une galerie à ciel ouvert : les rues de Paris ! De là est née ma série, et mon blog : « Animaux dans les rues de Paris ». Depuis le printemps 2010, j’ai collé plus de 250 animaux… Chacun doit trouver sa place dans la rue, la Chouette se pose sur un câble électrique, la Lionne sort d’une ruelle, le Mouton attend sagement au passage pour piéton… Je m’applique à ne pas coller les mêmes animaux d’une année sur l’autre, de manière à continuer de m’amuser, et à surprendre les passants. Chaque installation est l’objet d’une nouvelle image, une sorte mise en abîme… En 2010, j’ai commencé avec les portraits de mon Bestiaire. Des animaux domestiques comme le Lévrier, l’Oie, et le Cheval, mais aussi des animaux exotiques, comme la Panthère des neiges, le Buffle africain, ou le Crocodile. En 2012, j’ai eu la chance de voir mon travail sélectionné par le Centre Pompidou pour participer à l’exposition « Le silence des bêtes ». Suite à cette exposition, j’ai décidé de faire évoluer ma série, et je me suis amusée à faire des animaux en plein pied, de manière à avoir de véritables « trompe l’œil », comme le Manchot de Humboldt, le Zèbre de Grévy, ou la Lionne… En 2013, mon travail a été sélectionné par le Parc Floral de Paris. On m’a proposé d’investir une serre désaffectée. J’ai donc profité de l’occasion pour agrandir encore mon format, en allant jusqu’à des animaux de 1,80 m sur 2,40 m. L’année 2014 va vous réserver encore bien des surprises… À suivre !

      T – Parle-nous de ton blog. Pourquoi avoir choisi Tumblr ?

      S – Le blog est rapidement devenu l’outil indispensable pour tenir mon public au courant de mes nouvelles installations urbaines. J’ai donc testé les différentes plateformes, et Tumblr s’est rapidement imposé à moi. Tumblr a l’avantage d’être clair et simple dans sa présentation, ce qui permet une réelle mise en valeur du travail présenté. De plus, j’ai pris goût à la découverte du travail d’autres artistes.

      T – Quels sont tes trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

      Softtwix : une jeune street artist que j’ai découverte cet été.

      Vu dans ma rue : un blog qui me tient au courant du travail de mes collègues.

      Banksy Street Art : un blog présentant le travail de Banksy, un artiste incroyable…

      T – Merci, Sophie ! Bonne chance pour la suite. :)

      Vidéo : Sophie

    • Cette semaine, j’ai eu la chance d’interviewer Lilla, illustratrice, auteur de B.D. extrêmement douée et créatrice du blog Kawaï Police d’État. Elle a gentiment accepté de se prêter au jeu des questions-réponses avec notre équipe, et vous serez, je crois, enchantés de découvrir l’artiste qui se cache derrière ce magnifique blog.Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?Lilla – Jem’appelle Lilla, j’ai 32 ans, je suis illustratrice et auteur de B.D. J’ai publié des histoires dans quelques collectifs et magazines (13m28, Comment je me suis fait plaquer, etc.), et mon premier album, Les Bidoumanes, est sorti en novembre 2012. Jeunotte, j’ai fait des études de philosophie puis me suis finalement lancée dans le dessin.T – D’où vient votre passion pour le dessin et la bande dessinée ?L – Quand on aime inventer des histoires et leur donner forme, la bande dessinée est le média attitré : elle permet de tout faire soi-même (écrire, dessiner, etc.), et ce, avec peu de moyens (contrairement au cinéma où c’est une équipe complète qui gère un film). J’aime cette idée de pouvoir tout faire moi-même. Concrètement, ce sont des auteurs comme Charles Schultz, Lewis Trondheim, Lisa Mandel, Allan Barte ou Leslie Plee qui me donnent envie de raconter des choses. J’aime le décalage que l’on trouve entre leurs dessins enfantins, ronds, parfois naïfs et le message souvent plus adulte et décalé.T – Quel a été le déclic pour créer ce blog ? Pourquoi avoir choisi Tumblr ?L – Pour l’instant, je me sers de mon Tumblr comme d’un petit laboratoire dans lequel je teste des choses, des découpages, des petites animations, et peut-être même, plus tard, le modelage, la couture… Depuis quelque temps, j’ai une envie constante de revenir à la matière, à ce qui se touche, se manipule, existe réellement dans l’espace, comme une réponse timide à la dématérialisation générale des choses. J’avais déjà un blog perso, mais j’ai eu envie de quelque chose de nouveau et de plus ouvert. Tumblr a l’avantage de proposer une plateforme claire et lisible, facilement accessible. Sans compter que j’y ai découvert plein de nouveaux artistes (de moult nationalités), ce qui a ouvert plein de nouvelles perspectives pour moi…T – Parlez-nous de votre démarche artistique. Où puisez-vous votre inspiration ?L – Je suis très attentive à ce qui se passe autour de moi, une conversation volée dans le métro ou sur la plage, une belle image qui me plaît, une chouette expo… Ce sont les petites surprises du quotidien qui nourrissent mes idées, mes envies, et mes histoires.T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés ?L – Le choix est difficile, mais je dirais le Tumblr de Phillipa Rice. Philippa est une touche à tout ! Bande dessinée, illustration, collage, modelage, tricot… Avec ce qui semble trois fois rien, elle met en place un chouette univers où tout prend vie avec une facilité déconcertante. Il y a un côté naïf et brut dans son boulot que je trouve remarquable. J’aime également celui de Natali Koromoto, une illustratrice et auteur de B.D. habitant à Brooklyn. Elle multiplie les supports : dessins, modelage, ordi, tradi… Son univers graphique est à la croisée du manga et des comics américains. On dirait parfois qu’elle dessine Sailor Moon version gangsta rap. L’ambivalence de cet univers, doux mais parfois hostile, percute bien. Puis il y a le blog de Guillaume Kurkdjian, Bisous les copains. Dans son blog, Guillaume met en ligne ses GIF animés au ton pastel et décalé. Au pied d’un immeuble, dans une fusée ou dans le bec d’un oiseau géant, le petit humain est sans cesse confronté à ce qu’il a de plus minuscule en lui. La poésie est au rendez-vous.T – Merci beaucoup, Lilla ! Bonne chance pour la suite. :)GIF : Kawaï Police d’État

      Cette semaine, j’ai eu la chance d’interviewer Lilla, illustratrice, auteur de B.D. extrêmement douée et créatrice du blog Kawaï Police d’État. Elle a gentiment accepté de se prêter au jeu des questions-réponses avec notre équipe, et vous serez, je crois, enchantés de découvrir l’artiste qui se cache derrière ce magnifique blog.

      Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

      Lilla – Jem’appelle Lilla, j’ai 32 ans, je suis illustratrice et auteur de B.D. J’ai publié des histoires dans quelques collectifs et magazines (13m28, Comment je me suis fait plaquer, etc.), et mon premier album, Les Bidoumanes, est sorti en novembre 2012. Jeunotte, j’ai fait des études de philosophie puis me suis finalement lancée dans le dessin.

      T – D’où vient votre passion pour le dessin et la bande dessinée ?

      L – Quand on aime inventer des histoires et leur donner forme, la bande dessinée est le média attitré : elle permet de tout faire soi-même (écrire, dessiner, etc.), et ce, avec peu de moyens (contrairement au cinéma où c’est une équipe complète qui gère un film). J’aime cette idée de pouvoir tout faire moi-même. Concrètement, ce sont des auteurs comme Charles Schultz, Lewis Trondheim, Lisa Mandel, Allan Barte ou Leslie Plee qui me donnent envie de raconter des choses. J’aime le décalage que l’on trouve entre leurs dessins enfantins, ronds, parfois naïfs et le message souvent plus adulte et décalé.

      T – Quel a été le déclic pour créer ce blog ? Pourquoi avoir choisi Tumblr ?

      L – Pour l’instant, je me sers de mon Tumblr comme d’un petit laboratoire dans lequel je teste des choses, des découpages, des petites animations, et peut-être même, plus tard, le modelage, la couture… Depuis quelque temps, j’ai une envie constante de revenir à la matière, à ce qui se touche, se manipule, existe réellement dans l’espace, comme une réponse timide à la dématérialisation générale des choses. J’avais déjà un blog perso, mais j’ai eu envie de quelque chose de nouveau et de plus ouvert. Tumblr a l’avantage de proposer une plateforme claire et lisible, facilement accessible. Sans compter que j’y ai découvert plein de nouveaux artistes (de moult nationalités), ce qui a ouvert plein de nouvelles perspectives pour moi…

      T – Parlez-nous de votre démarche artistique. Où puisez-vous votre inspiration ?

      L – Je suis très attentive à ce qui se passe autour de moi, une conversation volée dans le métro ou sur la plage, une belle image qui me plaît, une chouette expo… Ce sont les petites surprises du quotidien qui nourrissent mes idées, mes envies, et mes histoires.

      T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés ?

      L – Le choix est difficile, mais je dirais le Tumblr de Phillipa Rice. Philippa est une touche à tout ! Bande dessinée, illustration, collage, modelage, tricot… Avec ce qui semble trois fois rien, elle met en place un chouette univers où tout prend vie avec une facilité déconcertante. Il y a un côté naïf et brut dans son boulot que je trouve remarquable. J’aime également celui de Natali Koromoto, une illustratrice et auteur de B.D. habitant à Brooklyn. Elle multiplie les supports : dessins, modelage, ordi, tradi… Son univers graphique est à la croisée du manga et des comics américains. On dirait parfois qu’elle dessine Sailor Moon version gangsta rap. L’ambivalence de cet univers, doux mais parfois hostile, percute bien. Puis il y a le blog de Guillaume Kurkdjian, Bisous les copains. Dans son blog, Guillaume met en ligne ses GIF animés au ton pastel et décalé. Au pied d’un immeuble, dans une fusée ou dans le bec d’un oiseau géant, le petit humain est sans cesse confronté à ce qu’il a de plus minuscule en lui. La poésie est au rendez-vous.

      T – Merci beaucoup, Lilla ! Bonne chance pour la suite. :)

      GIF : Kawaï Police d’État

    • Cette semaine, j’ai eu la chance d’interviewer Damien D. et Damien R., auteurs de l’excellent blog À deux mains. Chaque jour, ils publient des mots et des images, et font confiance à la poésie. Ils ont gentiment accepté de répondre à mes questions, et vous devriez prendre grand plaisir à plonger dans l’univers de ces deux artistes bourrés de talent.

      Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

      Damien & Damien – Damien D., auteur, metteur en scène. J’ai 38 ans. Spectacle vivant, littérature, audiovisuel, j’ai toujours privilégié les croisements artistiques et le mélange des genres. Damien R., photographe, illustrateur, webdesigner, créateur polymorphe curieux d’explorer les supports de son temps tout en gardant un attachement à la simplicité de l’aquarelle et du papier. J’ai toujours un carnet, un pinceau à la réserve d’eau et un stylo plume dans ma housse d’appareil photo.

      T – Parlez-nous de votre blog. Quelle est la démarche artistique derrière celui-ci ?

      D & D – La démarche artistique est très liée à la rencontre et à des envies complémentaires. L’idée du blog était de n’en avoir pas trop. L’invention quotidienne implique une certaine immédiateté. C’est sur l’instant… L’influence du temps, des humeurs… Et l’envie de créer un espace, comme une respiration dans ce flux d’informations souvent intéressantes et très souvent intéressées. On voulait proposer un geste désintéressé.

      T – Où puisez-vous votre inspiration ?

      D & D – Absolument de partout. Une affiche du métro. Un regard croisé. Un vieux souvenir. Une impression fugitive. Une image floue. Une pensée au réveil.

      T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?

      D & D – Le déclic s’est produit parce que Damien D. en avait marre d’écrire tout seul chez lui. Il voulait publier quelque chose. Alors il appelle Damien R. pour parler site et publication numérique. L’idée naît d’un dialogue images/mots. Avec ce défi un peu idiot : une publication par jour. Et ça fait 490 jours que ça dure ! 
      Tumblr s’est imposé comme une bonne réponse à l’envie de publier tous les jours un « geste » créatif spontané. À deux mains semble y avoir trouvé un public très naturellement… C’est très agréable de recueillir des impressions immédiates de nos abonnés !

      T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

      D & D – Nous ne saurions vous faire une réponse précise et exhaustive. Ce qui nous amuse justement, c’est d’aller de connexions de sensibilité en connexions de sensibilité. Ainsi, nous nous noyons avec délectation dans le flot Tumblr en nous amusant à voir où se trouve la source des images ou des textes qui nous séduisent. C’est plutôt des types de publications qui nous intéressent : illustrations, photos anciennes, textes courts… pour peu que cela parle à notre sensibilité avec une certaine originalité. 

      T – Merci beaucoup, messieurs ! Bonne chance pour la suite. :)

      Images : Damien D. & Damien R.

    • Cette semaine, j’ai le plaisir de vous présenter le très talentueux illustrateur et auteur de BD, Allan Barte. Dans son blog intitulé Petit illustré des clichés hollywoodiens, il dessine la vie à travers les yeux d’Hollywood et nous présente une série de clichés que l’on retrouve inlassablement dans les séries et les films américains. Allan a gentiment accepté de se prêter au jeu des questions-réponses avec notre équipe. 
Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?
Allan – Je m’appelle Allan Barte, j’ai 36 ans et je suis auteur de BD et illustrateur. Laissant de côté mes études de communication politique, je me suis lancé dans ce métier il y a une dizaine d’années, en autodidacte. Je viens de sortir mon dernier album, Napalm Fever, en avril.
T – D’où vient votre passion pour la bande dessinée ?
A – De mes lectures de jeunesse. Il y a toujours eu des BD chez moi, que ce soit Mickey, Astérix ou Gotlib. Adolescent, j’ai commencé à lire régulièrement Fluide Glacial. J’adorais y retrouver Goossens, Gaudelette, Jake Raynal, Ferri et surtout Manu Larcenet. C’est ce qui a jeté les bases de ma passion pour la BD, mais aussi de ma pratique.
T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?
A – J’avais envie de travailler sur les clichés hollywoodiens depuis longtemps. Devant un film ou une série, je ne peux m’empêcher d’essayer de deviner ce qui va se passer ensuite. On se rend vite compte qu’il y a des récurrences qui ressemblent à des passages obligés pour les scénaristes. Cela va souvent au-delà de la facilité, presque comme si Hollywood et ses auteurs s’étaient entendus pour créer un univers légèrement différent du nôtre. Un monde où les flics sont obligés de se rendre dans une boîte de striptease pour résoudre une enquête et où les bombes ont de gros écrans d’affichage rouge avec un fil rouge et un fil bleu qui dépassent. Selon la qualité du spectacle, c’est parfois frustrant, parfois amusant. J’ai un blog perso, un peu à l’abandon. Mais pour cette série, j’avais envie de neuf, d’un endroit spécifique où on trouverait un contenu homogène et pas fourre-tout comme peut l’être mon blog. Tumblr présente l’avantage d’être clair dans sa présentation, sans trop de fioritures. Ça permet de vraiment mettre le contenu en valeur. Il s’agit aussi d’une plateforme populaire qui, même en abordant des sujets différents, semble familière aux visiteurs.
T – Parlez-nous de votre démarche artistique. Où puisez-vous votre inspiration ?
A – Je voulais quelque chose de simple, clair et épuré. Pour traiter des clichés, il faut que le lecteur puisse, en un dessin, se projeter dans une multitude de films. Par conséquent, je me suis dit qu’un graphisme minimaliste, jouant sur des détails immédiatement identifiables, était le meilleur moyen pour y parvenir. Voulant travailler depuis longtemps sur ce thème, j’ai noté régulièrement des idées se rattachant aux clichés hollywoodiens. Cela m’a permis d’avoir une bonne base de données de départ quand j’ai commencé mon Tumblr. Et depuis que j’ai commencé, je suis encore plus attentif qu’avant devant ma télé. J’ai l’impression qu’Hollywood est une mine intarissable de poncifs. Il faut dire qu’en plus, il y a désormais de nombreux lecteurs qui m’en font parvenir et qui me pointent du doigt des évidences à coté desquelles je suis passé.
T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?
A – Cela ne va pas être difficile puisque, nouveau sur cette plateforme, je n’ai pour l’instant que trois abonnements :
Il y a Scorpion Dagger, de James Kerr, un blog très créatif qui me fait beaucoup rire en plus d’être beau et impertinent.
Je suis également abonné au blog Kawaï Police d’État. Lilla est auteure de BD. Elle se sert de son tout nouveau Tumblr comme d’une sorte d’atelier bricolage où elle fait du découpage et de petites animations. Son univers est dynamique, drôle, coloré et naïf sans être niais deux secondes.
Enfin, je suis aussi attentivement le Tumblr de Boulet. En plus d’être un copain, c’est pour moi l’auteur de BD le plus talentueux de sa génération (la mienne aussi). Quand un bosseur tel que lui a en plus du talent, de l’intelligence et beaucoup de curiosité, cela donne de beaux résultats.
T - Merci beaucoup, Allan ! Bonne chance pour la suite. :)
Photo : Allan Barte

      Cette semaine, j’ai le plaisir de vous présenter le très talentueux illustrateur et auteur de BD, Allan Barte. Dans son blog intitulé Petit illustré des clichés hollywoodiens, il dessine la vie à travers les yeux d’Hollywood et nous présente une série de clichés que l’on retrouve inlassablement dans les séries et les films américains. Allan a gentiment accepté de se prêter au jeu des questions-réponses avec notre équipe. 

      Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

      Allan – Je m’appelle Allan Barte, j’ai 36 ans et je suis auteur de BD et illustrateur. Laissant de côté mes études de communication politique, je me suis lancé dans ce métier il y a une dizaine d’années, en autodidacte. Je viens de sortir mon dernier album, Napalm Fever, en avril.

      T – D’où vient votre passion pour la bande dessinée ?

      A – De mes lectures de jeunesse. Il y a toujours eu des BD chez moi, que ce soit Mickey, Astérix ou Gotlib. Adolescent, j’ai commencé à lire régulièrement Fluide Glacial. J’adorais y retrouver Goossens, Gaudelette, Jake Raynal, Ferri et surtout Manu Larcenet. C’est ce qui a jeté les bases de ma passion pour la BD, mais aussi de ma pratique.

      T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?

      A – J’avais envie de travailler sur les clichés hollywoodiens depuis longtemps. Devant un film ou une série, je ne peux m’empêcher d’essayer de deviner ce qui va se passer ensuite. On se rend vite compte qu’il y a des récurrences qui ressemblent à des passages obligés pour les scénaristes. Cela va souvent au-delà de la facilité, presque comme si Hollywood et ses auteurs s’étaient entendus pour créer un univers légèrement différent du nôtre. Un monde où les flics sont obligés de se rendre dans une boîte de striptease pour résoudre une enquête et où les bombes ont de gros écrans d’affichage rouge avec un fil rouge et un fil bleu qui dépassent. Selon la qualité du spectacle, c’est parfois frustrant, parfois amusant. J’ai un blog perso, un peu à l’abandon. Mais pour cette série, j’avais envie de neuf, d’un endroit spécifique où on trouverait un contenu homogène et pas fourre-tout comme peut l’être mon blog. Tumblr présente l’avantage d’être clair dans sa présentation, sans trop de fioritures. Ça permet de vraiment mettre le contenu en valeur. Il s’agit aussi d’une plateforme populaire qui, même en abordant des sujets différents, semble familière aux visiteurs.

      T – Parlez-nous de votre démarche artistique. Où puisez-vous votre inspiration ?

      A – Je voulais quelque chose de simple, clair et épuré. Pour traiter des clichés, il faut que le lecteur puisse, en un dessin, se projeter dans une multitude de films. Par conséquent, je me suis dit qu’un graphisme minimaliste, jouant sur des détails immédiatement identifiables, était le meilleur moyen pour y parvenir. Voulant travailler depuis longtemps sur ce thème, j’ai noté régulièrement des idées se rattachant aux clichés hollywoodiens. Cela m’a permis d’avoir une bonne base de données de départ quand j’ai commencé mon Tumblr. Et depuis que j’ai commencé, je suis encore plus attentif qu’avant devant ma télé. J’ai l’impression qu’Hollywood est une mine intarissable de poncifs. Il faut dire qu’en plus, il y a désormais de nombreux lecteurs qui m’en font parvenir et qui me pointent du doigt des évidences à coté desquelles je suis passé.

      T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

      A – Cela ne va pas être difficile puisque, nouveau sur cette plateforme, je n’ai pour l’instant que trois abonnements :

      Il y a Scorpion Dagger, de James Kerr, un blog très créatif qui me fait beaucoup rire en plus d’être beau et impertinent.

      Je suis également abonné au blog Kawaï Police d’État. Lilla est auteure de BD. Elle se sert de son tout nouveau Tumblr comme d’une sorte d’atelier bricolage où elle fait du découpage et de petites animations. Son univers est dynamique, drôle, coloré et naïf sans être niais deux secondes.

      Enfin, je suis aussi attentivement le Tumblr de Boulet. En plus d’être un copain, c’est pour moi l’auteur de BD le plus talentueux de sa génération (la mienne aussi). Quand un bosseur tel que lui a en plus du talent, de l’intelligence et beaucoup de curiosité, cela donne de beaux résultats.

      T - Merci beaucoup, Allan ! Bonne chance pour la suite. :)

      Photo : Allan Barte

    • Permettez-moi de vous présenter Aurélie, photographe douée et auteur de l’excellent blog fallinpics. Elle a gentiment accepté de se prêter au jeu des questions-réponses avec notre équipe et de partager avec nous son univers artistique fabuleux. Vous devriez être emballés de découvrir l’artiste qui se cache derrière ce blog.
Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?
Aurélie – Je m’appelle Aurélie, j’ai 33 ans et j’habite à Paris. Je fais de la photo depuis très longtemps, même si je ne me suis lancée « professionnellement » qu’il y a quelques années. Ma maman était peintre, et je pense avoir hérité de son sens esthétique ainsi que de sa vision très particulière des choses. Mes grands-parents aussi faisaient pas mal de photo, j’ai donc baigné dans un univers artistique très jeune. Quand je sors, même si je n’ai pas toujours mon appareil avec moi, je vois tout à travers le prisme de l’éventualité d’une photo.
T – Parlez-nous de votre blog. Pourquoi avoir choisi Tumblr ?
A – Mon blog est en quelque sorte un bouillon de culture où je publie toutes les photos qui me plaisent mais que je ne mettrais pas forcément sur mon site pro. Du coup, tout est un peu mélangé, des portraits, de la nature, de la cuisine, etc. Tout me passionne en photo, et je trouve que Tumblr est la plateforme idéale pour partager mes clichés. Il y a une reconnaissance du travail, même si on n’a pas toujours autant de notes que l’on souhaiterait. C’est très stimulant pour un artiste, on veut toujours faire mieux ! J’ai créé mon blog Tumblr en 2009. Je suis tombée sur le site par hasard et j’ai adoré tout ce flot de photos, la diversité et les échanges. J’ai pas mal suivi l’évolution en termes d’ergonomie et on peut totalement moduler la présentation selon son humeur et son style. C’est assez unique ! 
T – Quelle est votre démarche artistique ? Où puisez-vous votre inspiration ?
A – Je ne sais pas si j’ai une démarche artistique à proprement parler. Faire de la photo est naturel pour moi, c’est un peu comme boire un verre d’eau quand il fait chaud. J’essaie malgré tout de trouver mon style, en travaillant beaucoup et, justement, en utilisant Tumblr comme plateforme pour découvrir des visions d’artistes que je n’aurais pas pu connaitre autrement. Sinon, je suis passionnée par les années 1930, 1940 et 1950. Il s’agit d’une vraie source d’inspiration pour moi, que ce soit les films (Hitchcock, par exemple) ou les photographes (Raymond Voinquel et Vivian Maier, entre autres). La peinture aussi est quelque chose qui m’est essentiel, notamment les Préraphaélites.
T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?
A – C’est très difficile de ne choisir que trois blogs mais puisqu’il le faut, je dirais : 
Les temps sont durs pour les rêveurs – J’ai été en cours à l’ESEC (école de cinéma) avec Camille et on est plus ou moins restés en contact grâce aux réseaux sociaux. J’adore son univers hors du temps. Il travaille en argentique, ce qui donne encore plus de force à ses clichés. 
Hark ! A vagrant – J’ai découvert ce blog sur Tumblr et je suis une fan absolue. Ses dessins sont incroyables et j’adore sa manière de détourner de façon hilarante la culture, l’histoire… tout en fait. Un must absolu ! 
Tartefine et les deux lutins – Pour ces merveilleuses photos d’insectes et de nature, son univers est d’une finesse et d’une douceur infinies. 
T – Merci beaucoup, Aurélie ! Bonne chance pour la suite.
Photo : Aurélie Renée Decourteix

      Permettez-moi de vous présenter Aurélie, photographe douée et auteur de l’excellent blog fallinpics. Elle a gentiment accepté de se prêter au jeu des questions-réponses avec notre équipe et de partager avec nous son univers artistique fabuleux. Vous devriez être emballés de découvrir l’artiste qui se cache derrière ce blog.

      Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

      Aurélie – Je m’appelle Aurélie, j’ai 33 ans et j’habite à Paris. Je fais de la photo depuis très longtemps, même si je ne me suis lancée « professionnellement » qu’il y a quelques années. Ma maman était peintre, et je pense avoir hérité de son sens esthétique ainsi que de sa vision très particulière des choses. Mes grands-parents aussi faisaient pas mal de photo, j’ai donc baigné dans un univers artistique très jeune. Quand je sors, même si je n’ai pas toujours mon appareil avec moi, je vois tout à travers le prisme de l’éventualité d’une photo.

      T – Parlez-nous de votre blog. Pourquoi avoir choisi Tumblr ?

      A – Mon blog est en quelque sorte un bouillon de culture où je publie toutes les photos qui me plaisent mais que je ne mettrais pas forcément sur mon site pro. Du coup, tout est un peu mélangé, des portraits, de la nature, de la cuisine, etc. Tout me passionne en photo, et je trouve que Tumblr est la plateforme idéale pour partager mes clichés. Il y a une reconnaissance du travail, même si on n’a pas toujours autant de notes que l’on souhaiterait. C’est très stimulant pour un artiste, on veut toujours faire mieux ! J’ai créé mon blog Tumblr en 2009. Je suis tombée sur le site par hasard et j’ai adoré tout ce flot de photos, la diversité et les échanges. J’ai pas mal suivi l’évolution en termes d’ergonomie et on peut totalement moduler la présentation selon son humeur et son style. C’est assez unique ! 

      T – Quelle est votre démarche artistique ? Où puisez-vous votre inspiration ?

      A – Je ne sais pas si j’ai une démarche artistique à proprement parler. Faire de la photo est naturel pour moi, c’est un peu comme boire un verre d’eau quand il fait chaud. J’essaie malgré tout de trouver mon style, en travaillant beaucoup et, justement, en utilisant Tumblr comme plateforme pour découvrir des visions d’artistes que je n’aurais pas pu connaitre autrement. Sinon, je suis passionnée par les années 1930, 1940 et 1950. Il s’agit d’une vraie source d’inspiration pour moi, que ce soit les films (Hitchcock, par exemple) ou les photographes (Raymond Voinquel et Vivian Maier, entre autres). La peinture aussi est quelque chose qui m’est essentiel, notamment les Préraphaélites.

      T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

      A – C’est très difficile de ne choisir que trois blogs mais puisqu’il le faut, je dirais : 

      Les temps sont durs pour les rêveurs – J’ai été en cours à l’ESEC (école de cinéma) avec Camille et on est plus ou moins restés en contact grâce aux réseaux sociaux. J’adore son univers hors du temps. Il travaille en argentique, ce qui donne encore plus de force à ses clichés. 

      Hark ! A vagrant – J’ai découvert ce blog sur Tumblr et je suis une fan absolue. Ses dessins sont incroyables et j’adore sa manière de détourner de façon hilarante la culture, l’histoire… tout en fait. Un must absolu ! 

      Tartefine et les deux lutins – Pour ces merveilleuses photos d’insectes et de nature, son univers est d’une finesse et d’une douceur infinies. 

      – Merci beaucoup, Aurélie ! Bonne chance pour la suite.

      Photo : Aurélie Renée Decourteix

    • Permettez-moi de vous présenter Ousseynou Cissé, auteur du magnifique blog Incartable, musicien et passionné de photographie. Il a gentiment accepté de répondre à mes questions, et de partager avec nous son univers créatif et ses inspirations.
Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?
Ousseynou – Je m’appelle Ousseynou Cissé, j’ai 21 ans et je vis à Rennes. Je pratique la photographie argentique depuis trois ans. Il y a toujours eu des appareils photos à la maison, grâce à mon père qui a pratiqué cette discipline avec mon grand-père de manière professionnelle au Sénégal. Dans la vraie vie, je suis musicien. Je joue dans un groupe qui s’appelle Juveniles et j’ai également un projet solo intitulé Clarens.
T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?
O – J’ai créé ce blog à partir du moment où j’avais suffisamment de photos pour constituer un ensemble cohérent et présentable, c’est-à-dire au bout de la quatrième pellicule environ. J’ai passé des heures et des heures à tester les différentes plateformes de blog et à voir laquelle proposait l’interface la plus simple et la plus personnalisable. J’ai donc choisi Tumblr !
T – Parlez-nous de votre démarche artistique. Où puisez-vous votre inspiration ?
O – Je prends essentiellement en photo mon quotidien, en essayant de le rendre plus beau, plus intéressant. En tant que musicien, j’ai la chance de beaucoup voyager en France ou ailleurs. J’en profite pour immortaliser tous les moments forts de ce quotidien sous forme de petites séries. Plus je suis confronté à quelque chose de nouveau, de différent, plus je suis inspiré.
T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?
O – Le premier est http://knahadeem.tumblr.com/ ! Nadeem est un ami. Nous avons fait connaissance sur le réseau Flickr, puis on s’est rencontrés lors d’un de mes déplacements à Londres. Il m’a vendu un appareil que j’utilise tout le temps maintenant. Son travail sur la lumière est incroyable, je ne me lasse jamais de parcourir son blog. 
Le second est http://tobyharvard.tumblr.com/. Un photographe hors-pair. Chacune de ses photos raconte quelque chose, en plus d’être parfaite visuellement. Je crois qu’il vit à New-York, l’une des plus belles villes du monde pour un photographe. 
Le dernier est http://blog.jameschororos.com/. Je fais rarement des portraits, je préfère placer des gens dans un contexte. Mais je pense que je vais m’y mettre car James Chororos m’en a donné envie. C’est frais et agréable à l’œil.
T – Merci, Ousseynou. Bonne chance pour la suite. :)
Photo : Ousseynou Cissé

      Permettez-moi de vous présenter Ousseynou Cissé, auteur du magnifique blog Incartable, musicien et passionné de photographie. Il a gentiment accepté de répondre à mes questions, et de partager avec nous son univers créatif et ses inspirations.

      Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

      Ousseynou – Je m’appelle Ousseynou Cissé, j’ai 21 ans et je vis à Rennes. Je pratique la photographie argentique depuis trois ans. Il y a toujours eu des appareils photos à la maison, grâce à mon père qui a pratiqué cette discipline avec mon grand-père de manière professionnelle au Sénégal. Dans la vraie vie, je suis musicien. Je joue dans un groupe qui s’appelle Juveniles et j’ai également un projet solo intitulé Clarens.

      T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?

      O – J’ai créé ce blog à partir du moment où j’avais suffisamment de photos pour constituer un ensemble cohérent et présentable, c’est-à-dire au bout de la quatrième pellicule environ. J’ai passé des heures et des heures à tester les différentes plateformes de blog et à voir laquelle proposait l’interface la plus simple et la plus personnalisable. J’ai donc choisi Tumblr !

      T – Parlez-nous de votre démarche artistique. Où puisez-vous votre inspiration ?

      O – Je prends essentiellement en photo mon quotidien, en essayant de le rendre plus beau, plus intéressant. En tant que musicien, j’ai la chance de beaucoup voyager en France ou ailleurs. J’en profite pour immortaliser tous les moments forts de ce quotidien sous forme de petites séries. Plus je suis confronté à quelque chose de nouveau, de différent, plus je suis inspiré.

      T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

      O – Le premier est http://knahadeem.tumblr.com/ ! Nadeem est un ami. Nous avons fait connaissance sur le réseau Flickr, puis on s’est rencontrés lors d’un de mes déplacements à Londres. Il m’a vendu un appareil que j’utilise tout le temps maintenant. Son travail sur la lumière est incroyable, je ne me lasse jamais de parcourir son blog. 

      Le second est http://tobyharvard.tumblr.com/. Un photographe hors-pair. Chacune de ses photos raconte quelque chose, en plus d’être parfaite visuellement. Je crois qu’il vit à New-York, l’une des plus belles villes du monde pour un photographe. 

      Le dernier est http://blog.jameschororos.com/. Je fais rarement des portraits, je préfère placer des gens dans un contexte. Mais je pense que je vais m’y mettre car James Chororos m’en a donné envie. C’est frais et agréable à l’œil.

      T – Merci, Ousseynou. Bonne chance pour la suite. :)

      Photo : Ousseynou Cissé